A la découverte des chemins de Gironde et d'ailleurs ...

Le château de La Brède

Mercredi 17 juillet 2019

 

Direction La Brède pour un pique-nique puis une visite du parc et de son château. Pour Ophélie ce sera une découverte et pour Cécile et nous, un très lointain retour en arrière datant d'une époque où il était encore habité par Madame la comtesse de Chabannes, dernière descendante directe de Montesquieu et de sa fille Denise.

L'extérieur n'a pas changé, la visite guidée fut des plus passionnante et la petite balade dans le parc bien agréable.

Sur ce domaine naquit, le 18 janvier 1689, Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, auteur des "Lettres Persanes" et de "L'esprit des Lois". Edifié à partir du XIVème siècle sur les ruines d'une construction plus ancienne, le château a été remanié à partir de la Renaissance. Il a conservé son caractère de forteresse, atypique par sa forme polygonale qui se reflète dans l'eau des larges douves qui l'entourent. Montesquieu y séjournait régulièrement, retrouvant, dans ce havre de paix, le bonheur d'une vie simple et un environnement propice à la réflexion et à l'écriture. Les lieux sont entourés d'un très beau parc à l'anglaise, dont le goût lui vint lors d'un séjour outre-manche.

On accède au château proprement dit par 3 ponts-levis qui permettent de franchir les douves aujourd'hui animées par le ballet des carpes. La chambre du philosophe est conservée en son état du XVIIIe siècle. La vaste bibliothèque (185 m2), sous une voûte impressionnante, ornée d'une fresque peinte fin XVe siècle, n'abrite plus aujourd'hui aucun livre (les derniers des 5 000 livres ont été légués en 1994 à la bibliothèque de Bordeaux afin d'en assurer la conservation).

Pour l'historique complet du château c'est ICI

 

les photos sont dans l'album



Publié à 01:30, le 16 août 2019, dans Visite guidee, La Brède
Mots clefs :


Dans les pas de Chaban-Delmas

Mercredi 27 mars 2019

 

Chaban revient ! Visite guidée en compagnie du comédien-guide Pierre Le Franc qui incarne Jacques Chaban-Delmas, l'historique maire de Bordeaux. Figure de la Résistance, Jacques Chaban-Delmas fut maire de Bordeaux de 1947 à 1995, ministre et président de l’Assemblée Nationale. Dans son légendaire imperméable, nous l'avons suivi du Palais Rohan jusqu’au quartier Mériadeck, grande opération urbaine réalisée entre 1960 et 1980, sur 26 ha en plein cœur de la ville !

Durant 2h, notre guide passionné et passionnant nous a fait revivre cette figure légendaire qui se plaisait à monter les escaliers de la mairie quatre à quatre (preuve à l'appui !!!). Nous avons démarré au pied de sa statue qui trône sur la place Pey-Berland, de la mairie il n'y a qu'un pas et c'est dans un des salons que nous avons fait une halte. Le quartier Mériadeck sera notre destination suivante : en images un article du SO publié en 2016 et nous terminerons place du 11 novembre devant le monument aux morts. Un grand merci à monsieur Le Franc pour sa remarquable prestation ... il s'est véritablement imprégné du personnage "Chaban".

toutes les photos sont dans l'album



Publié à 01:59, le 19 avril 2019, dans Visite guidee, Bordeaux
Mots clefs :


Découverte du Bordeaux maçonnique

Vendredi 9 mars 2018

 

Avant de démarrer le circuit, notre guide tient à apporter quelques précisions : n'étant pas franc maçonne, elle propose une interprétation des symboles et monuments qui peuvent aussi être liés à l’histoire du compagnonnage. La franc-maçonnerie voit le jour à Bordeaux, avec la Loge Anglaise, fondée le 17 Avril 1732 par trois Irlandais : le capitaine Martin Kelly, Nicolas Staimton et Jonathan Robinson, trois officiers de marine qui avaient des activités commerciales à Bordeaux. Dans la première moitié du siècle, il existe à Bordeaux quatre loges : L’Anglaise (1732), La Française (1740), La Parfaite Harmonie (1744), L’Amitié ou Amitié Allemande (1746). A l’exception de l’Anglaise qui figure sur le registre de la Grande Loge d’Angleterre, les autres loges sont affiliées à la Grande Loge de France.

Le Grand Théâtre C’est Victor Louis (1731–1800) qui a fourni les plans du Grand-Théâtre, alors chargé par le maréchal duc de Richelieu, lui-même franc-maçon. Et c’est le duc de Chartres, Grand Maître des maçons français, qui posa la première pierre de cet édifice, le 13 avril 1776. Ainsi, comment ne pas imaginer que la symbolique maçonnique n’imprègne pas l’architecture de ce théâtre aux allures de temple gréco-romain. L’art de Victor Louis a consisté à l’exprimer avec subtilité à travers sa recherche constante du nombre d’or. Il y a d’abord l’orientation de l’édifice. Comme pour le Temple de Salomon, elle est est-ouest. Dans le sens apparent de la course du soleil, lumière de la connaissance objet de recherches de la franc-maçonnerie. Sa façade comprend 12 colonnes corinthiennes couronnées d'une balustrade portant 12 statues : 9 muses et 3 déesses Vénus, Junon et Minerve évoquant la beauté, la force et la sagesse, trois vertus maçonniques. Ce n’est pas un hasard, car il s’agit de la fameuse règle de l’hypoténuse : un côté compte pour trois, l’autre pour quatre et l’hypoténuse pour cinq. Le diamètre et la circonférence des colonnes sont également symboliques. Dans le grand vestibule les voûtes plates sont ornées de caissons à rosaces, motifs à forte connotation franc-maçonne. Avec cinq pétales, cette fleur stylisée se rapproche du pentagone, ou comme disent les Frères maçons " l’étoile flamboyante, qui figure la lumière d’Orient et le signe de ralliement des rosicruciens". La cage du grand escalier est l’endroit du théâtre où les symboles maçonniques sont les plus nombreux. L’escalier monte droit puis se partage en deux volées divergentes. Son plan reprend la forme du Thau égyptien. Il représente, comme l’équerre, la réalité et le respect des lois. Sur les murs et la rampe d’escalier court une frise de svastikas, constitués de la réunion de quatre équerres. Le svastika est le symbole solaire et de vie originaire de l’Inde. Dans le vestibule, une statue signée par Amédée Jouandot représente Victor Louis dans une position maçonnique, la main droite sur le cœur, deux doigts cachés et trois apparents, peut être aussi une allusion aux " trois points" pour montrer la domination du ternaire sur la dualité.  Source Archives du journal SO par Cadish

Une balade d'environ 2h au départ de la Place des Quinconces passant par le quartier du Triangle d'Or et se terminant au Grand Théâtre.

 

les photos sont à découvrir dans l'album



Publié à 21:00, le 15 mars 2018, dans Visite guidee, Bordeaux
Mots clefs :


Balade dans le passé et le présent du Bouscat

Vendredi 25 mars 2016

 

Née le 1er janvier 1968, la Communauté urbaine de Bordeaux (La Cub) regroupait alors 27 communes: elle est devenue Métropole le 1er janvier 2015. Aujourd'hui, Bordeaux Métropole compte 28 communes: parmi elles Le Bouscat  24000 habitants située aux portes de Bordeaux. C'est dans le répertoire du Bordeaux classique proposé par l'Office du tourisme que nous avons choisi cette visite.

Nous avons RV devant le cimetière, Mme Catherine Bord sera notre guide pour ce circuit urbain. La mairie du Bouscat a réalisé et présenté sous forme d'un dépliant bien documenté, un circuit pédestre d'environ 1h30: il démarre du refuge pèlerins, traverse le parc de l'Ermitage, s'intéresse au chemin de Compostelle, se dirige vers les anciens bains douches puis le centre ville regroupant la mairie, l'église et la médiathèque, et par les rues aux belles échoppes nous mène devant le château des Tours et enfin dans le parc de la chêneraie où le Castel d'Andorte marque le terme de notre déambulation.

Présentation de la ville: le lieu-dit Le Boscat était au XIe siècle une parcelle de forêt concédée au chapitre de Saint Seurin de Bordeaux par le seigneur d'Illac. Jusqu'au début du XXe siècle Le Bouscat est constitué de bois, de vignes, de cultures et d'un petit hameau situé sur l'actuel centre ville. La route de pélerinage depuis Soulac et la route vers le Médoc participent à l'essor de l'activité économique. A la révolution, les Bouscatais contestent l'autorité de l'église et se dotent d'une commune. La ville se développe au XIXe siècle avec la construction de nombreuses "échoppes" pour les ouvriers agricoles ainsi que de riches demeures pour la bourgeoisie bordelaise.

Pour commencer, nous nous installons confortablement dans le gîte des pèlerins. Nous sommes accueillis par Mr le président de l'Association des Amis de St-Jacques de Compostelle en Aquitaine. C'est l'une des plus anciennes associations jacquaires de France. Elle a été créée en 1986 au Prieuré de Cayac à Gradignan (qui existe toujours) et elle s'est implantée au Bouscat fin 2006. Elle est animée par des bénévoles et ouverte à tous. Le refuge est ouvert toute l'année: situé au N°4 de la rue Blanqui, il se trouve à proximité de tous commerces, face au parc de l'Ermitage, en bordure du cimetière. Il s'agit d'une maison traditionnelle bordelaise de plain pied, dotée d'un petit jardin. Le refuge est réservé aux pèlerins munis d'une crédentiale. Il est équipé de 4 lits + 2 en appoint, de sanitaires, d'une cuisine équipée ainsi que d'un garage à vélos. Après un historique du Bouscat des origines à nos jours par notre guide,  puis la présentation du gîte et de son fonctionnement par nos hôtes ...

Lire la suite…

Fermer



Publié à 19:35, le 31 mars 2016, dans Visite guidee, Le Bouscat
Mots clefs :


Les sous-sols de Bordeaux

Vendredi 22 mai 2015

 

Parmi les visites organisées par l'Office de Tourisme, nous avons choisi les sous-sols du Bordeaux insolite.

Nous débutons notre visite en nous intéressant au système de fortifications: la deuxième enceinte de la ville qui suit le cours Victor Hugo actuel. Ce système consistait en une double muraille percée de portes flanquées de tours. La Grosse Cloche (ou porte St-Eloi), ancien beffroi de la ville (qui servit aussi de prison) est le seul vestige de l'ancien rempart du XIIIème siècle. Elle permettait le passage de la double muraille vers le quartier des Jurats, des commerçants et des artisans. Il y avait deux tours sur chaque muraille et deux tours plus petites entre celles-ci. Les parties basses d’une de ces tours se voient toujours dans le bâtiment occupé par l’immeuble du Crédit Lyonnais. La base de sa tour jumelle, bien mise en valeur, prend naissance dans les caves du magasin Brico-relais ... Une solide verrière permet de l'apercevoir ...

Lire la suite…

Fermer



Publié à 16:24, le 27 août 2015, dans Visite guidee, Bordeaux
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 3 } { Page suivante }


Qui suis-je ?


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos


Gribouille



Mes albums


«  Décembre 2019  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Rubriques


Accueil
Albi
Bordeaux
Cigognes
Creches
Creuse
Divers
Espagne
Estuaire
Festivites
Galette
Gastronomie
Grues cendrees
Journee entiere
La Garonne
Landes
Lot et Garonne
Lozere
Moselle
Parcs et jardins
Pays Basque
Rando urbaine
Randonnee
Sejour Gard
Sejour Gard et Lozere
Sejours decouvertes
Sortie weekend
Vendee
Visite guidee


Derniers articles


ACCUEIL
Kaysersberg et Saint-Hippolyte ... sur la route des vins
Colmar ... marchés de Noël
Saillans ... dans le Fronsadais
Bordeaux ... boucle au départ de la Place Stalingrad
Musée de l'ALAT et de l'Hélicoptère
Challenge du Ruban Rose
Libourne ... ville bastide et vinicole
Séjour en Creuse du 8 au 15 septembre 2019 / Sous-Parsat et Mareilles
Séjour en Creuse du 8 au 15 septembre 2019 / Flayat et Giat
Séjour en Creuse du 8 au 15 septembre 2019 / Sarran et Felletin
Déjeuner-croisière à bord du Sicambre Bordeaux
Semens ... comme des montagnes russes
Tizac-de-Curton ... de vallon en vallon
Villeréal ... une bastide en Lot-et-Garonne

Sites favoris


Fouchepate Blog
Fouchepate Boîtes 2
Fouchepate Boîtes1
CHEMIN FAISANT
FloreAlpes
Fleurs
Fête à Léo
François du Tursan
Tables de fêtes (cuisine)
Pause café (cuisine)
PIXANNE Photographies
Randomania
Les lavoirs
Rando Le Pout
Noémi
Eraldica Occitana
Destruction frelons asiatiques

Amis


estella
opaysdeshumains
papatrek


Newsletter

Saisissez votre adresse email



Saints du jour